Imerikanjaka, village près d’ Antananarivo

05 Déc 2014 0 No tags Permalink

riziere madagascar

Me voici à Imerikanjaka, le village d’origine de mon grand père. Je n’ai pas mis les pieds à Madagascar depuis mes 10 ans. Originaire du pays, je suis née en France et parle très peu malgache.

Cela fait un moment que je souhaite m’investir dans un projet humanitaire à Mada. Quand l’association Rafamiray jeunes a ouvert ce projet, j’ai sauté sur l’occasion. Un des objectifs de l’association est d’œuvrer pour le développement socio-économique et culturel des jeunes du petit village Imérinjaka, situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale malgache.

En effet, le taux d’analphabétisme dans cette zone est très élevé. La jeunesse est victime de marginalisation : faute d’éducation et de formation, elle voit sa survie culturelle compromise.

Mission : Cours d’informatique

Nous sommes en avril 2012. Après 9 h de vol et une grosse sieste, je retrouve le groupe de filles qui participe à la mission. Parmi elles, des ingénieurs agronomes et infirmières.

L’objectif de ma mission est de donner des cours « d’informatique » aux enfants du village. À ma disposition, 6 ordinateurs portables et un générateur à essence pour les faires tourner. Des cours d’informatique dans un village ou il n y ‘a pas d’électricité ? On peut se demander à quoi ca peut bien servir. D’ailleurs j’ai eu droit à des critiques telles que : Oui, c’est bien de donner des cours, mais après vous partez sans laisser le matériel, c’est un peu comme les faires rêver et puis plus rien. Je ne sais plus qui m’a fait cette remarque mais je ne suis pas d’accord.

De plus en plus, les communications web se développent à Madagascar. Il y a d’ailleurs une vraie communauté et pas mal de Twittos 😉 Mais il est vrai que l’accès à un ordinateur personnel est encore réservé aux plus fortunés.

Nombreux sont ceux qui n’avaient jamais touché un ordinateur auparavant. Cette mission a été pour eux l’occasion d’en apprendre les bases, afin d’être capables d’utiliser un ordinateur dans un cyber café par exemple.

Ma première classe de 8 élèves

Les cours ont eu lieu chaque après-midi dans la maison d’une habitante du village, Fara, très accueillante et parlant français, ce qui m’a grandement facilité la tâche. Pour mon premier cours j’étais vraiment stressée, je n’avais jamais vraiment fait ca, et j’étais intimidée car j’avais l’impression d’être ridicule à chaque fois que je tentais de dire quelque chose en malgache. Fara me rassurait en me disant que les élèves sont hyper timides aussi. Mon premier cours consistait à expliquer la composition d’un ordinateur. À tour de rôle, les élèves allumèrent les machines. C’était vraiment une première sensibilisation à l’environnement Windows.

lecon informatique madagascar

Traitement de texte paint et démineur

Pour le cours suivant, j’avais demandé à chaque élève de préparer un petit texte ou même d’apporter un livre pour le cours de traitement de texte. J’étais contente car le lendemain 2 élèves supplémentaires ont rejoint le cours, pour un total de 8 élèves dans la classe, tous âgés 12 et 18 ans. Certains progressaient plus vite que d’autres, mais chacun avait vraiment l’air d’apprécier le cours. J’ai continué en alternant traitement de texte et dessins sous paint et le quart d’heure démineur à la fin de chaque cours. Le dernier jour, j’ai pu faire imprimer les textes afin que chacun puisse garder une trace de son travail.

cours informatique 8 eleves madagascar

Bilan des 10 jours

Ce fut une expérience enrichissante, car elle m’a réellement donné le goût d’enseigner. Je pense recommencer, et pourquoi pas donner des cours de français ou d’anglais pendant mon voyage en Asie. Rien n’est encore vraiment fixé, mais ce qui est certain c’est que je le ferai à nouveau.

Pour ceux qui seraient intéressés par une mission : Rafamiray jeunes 

Comments are closed.